Retour à la page d'accueil
TOURNÉE 2005/06

Dossier de presse
    (au format PDF)

Diaporama (448 Ko)


CRÉATION 2005
au Théâtre du Lucernaire (Paris)

du 5 janvier au 19 février
 
THÉÂTRE DU LUCERNAIRE
53 rue Notre-Dame-des-Champs
75006 Paris
tél. 01 45 44 57 34
www.lucernaire.fr



TOURNÉE 2005 / 06

du 4 au 6 novembre
ACT FRENCH
Autour de José Pliya.
Ohio Theater New York


du 15 au 18 novembre
VANNES (56)
Palais des Arts
Tél 02 97 01 62 00



Contact tournée
Bureau de production Prima Donna
Tél. 01 42 47 05 56
helene.icart@wanadoo.fr

LE COMPLEXE DE THÉNARDIER

de José Pliya
Ed. L’Avant-scène théâtre - collection des quatre-vents
mise en scène Vincent Colin

avec Sylvie Chenus et Hyam Zaytoun

Création 2005. Coproduction : Compagnie Vincent Colin et Théâtre du Lucernaire.
Spectacle invité à ACT FRENCH - New York avec l'aide de l'AFAA.



PRÉSENTATION

"Le Complexe de Thénardier existe.
On a pu le rencontrer au cours du siècle dernier,
dans l’europe occupée, au Rwanda, dans l’ex-Yougosolavie…
Et chez moi, dans la maison de mon enfance."
José Pliya

Une guerre. La Mère recueille Vido qui fuit le génocide. Pour se rendre utile, Vido devient fille de maison, femme de ménage, bonne à tout faire. Un froid matin d'hiver, Vido choisit de s'en aller. Contre toute logique, contre tout bon sens. La Mère, atteinte du "complexe de Thénardier", décide de l'en empêcher. Coûte que coûte... Note de l’éditeur


Deux femmes interprètent une variation contemporaine du conflit maître - esclave. Loin de tout réalisme, l’action se situe dans un ailleurs pourtant proche et actuel.
Née du mauvais côté de la frontière, une jeune femme se débat avec obstination entre le devoir de gratitude et son désir de libre-arbitre.
Dans une langue poétique, Pliya sculpte ses personnages par petites touches subtiles. Évitant toute précision de lieu ou de contexte géographique, il se garde de porter sur eux un jugement moral et conserve à chacun sa part de mystère.



MORCEAUX CHOISIS

 

VIDO : Vous m’avez sauvé la vie. Vous êtes une juste. Madame, une sainte. J’ai bien failli vous croire. Un court instant. Le doute m’a saisie comme une rage de dents, sans prévenir. Et j’ai douté de vous. J’ai douté de vos mains, si belles, si menues et qui ont fait le bien, qui ne s’en vantent pas. J’ai douté de vos yeux si durs et si sévères mais que j’ai vu pleurer tant de fois, comme une fillette honteuse, fautive et délaissée. J’ai douté de votre voix, celle qui m’a dit “entrez” une nuit de rafle alors que je fuyais la mort. J’ai douté. Un sentiment étrange, le doute, qui n’est fondé sur rien ou sur si peu. J’ai bien failli vous croire.

LA MÈRE : Pauvre folle. Vous feriez mieux de suivre le doute. Il vous éclaire plus que tout témoignage. Vous ne me connaissez pas. Mes mains ont caressé tant d’uniformes, mes yeux se sont fermés sur tant de crimes, ma bouche a embrassé tellement de bottes que rien, même diable, ne peut l’imaginer. Taisez-vous. Vous ne me connaissez pas.

(extrait - Le Complexe de Thénardier)


 
EXTRAITS DE PRESSE

 


"Vido, bonne à tout faire, veut retrouver sa liberté. Mais elle est la proie d'un lourd sentiment de gratitude envers cette mère au caractère d'airain qui l'a recueillie alors qu'elle fuyait un pays dévasté par la guerre, et à qui le temps, comme ses propres enfants, devenus adultes, échappe irrémédiablement. En jouant de la référence aux sinistres aubergistes des Misérables, José Pliya ajoute un complexe au registre des comportements humains. Vincent Colin évite la démonstration psychologique pour mettre en scène, avec une efficacité redoutable, un troublant duel servi par deux comédiennes éblouissantes d'émotion, Sylvie Chenus, mère à la fois irascible et apeurée, et Hyam Zaytoun, qui mêle à l'affection la plus légitime une violente aversion. - Thierry Voisin

 


"José Pliya fait miroiter le dialogue jusqu'au vertige. Il ne prend pas parti, donne de bonnes et de mauvaises raisons aux deux personnages, pour laisser libre le spectateur pris au filet d'une prose imagée, rythmée et lyrique. (…) Vincent Colin a monté la pièce dans une extrême simplicité - juste de tabourets et une toile peinte au sol (…) Cette triste bourgeoise jouée magnifiquement par Sylvie Chenus, porte en elle de l'amertume et un désarroi désarmant. L'autre interprète, Hyam Zaytoun, choisit, elle, la douceur et le mystère. L'auteur d'origine béninoise, bénéficie là d'une représentation particulièrement aiguë."  - Gilles Costaz

 


"… une belle occasion de découvrir la langue incisive et poétique de José Pliya,(…) l'un des auteurs les plus marquants de la scène contemporaine.

Vincent Colin, metteur en scène sobre et implacable du Complexe de Thénardier, l'a parfaitement compris : l'écriture du dramaturge français, d'origine béninoise, prend à revers les schémas établis pour explorer la complexité de l'humain, ses travers cachés comme ses douleurs enfouies. Cette langue universelle aux accents poétiques ne justifie aucun effet superfétatoire : tout repose sur l'implication personnelle des comédiens, engagés dans une aventure qui les conduit au tréfonds des ambivalences humaines.  Sur le plateau quasi nu, Sylvie Chenus et Hyam Zaytoun interprètent, avec une étrange vérité, un conflit dont la teneur n'est pas sociale. " - Bruno Bouvet


"Une variation sur le rapport maître-esclave au temps du génocide écrite dans une langue dense et limpide qui fit remarquer ce jeune auteur désormais consacré. Colin va à l'épure, avec pour seul appui le texte, quelques lumières, et le jeu bien forgé de Sylvie Chenus et Hyam Zaytoun. Il ne pointe pas le mépris de classe, il laisse se dévider l'âpre et cruelle sincérité et ces femmes en survie." - Odile Quirot

 

 

"Le Complexe de Thénardier" est un véritable combat entre la gratitude et la méchanceté, le libre-arbitre et l'obstination, l'amour et la haine. C'est le duel de deux femmes, l'une protectrice sangsue et faussement généreuse, l'autre une jeune rescapée d'un génocide, devenue sa servante, malgré elle. Entre ces personnages, il y a une tension, une violence parfois insoutenable.

(…) texte fort, émouvant, inattendu est interprété par deux comédiennes qui ont de la poigne et du tempérament. Dans la mise en scène épurée de Vincent Colin, Hyam Zaytoun joue avec grâce l'éprouvée, la lumineuse. Sylvie Chenus campe admirablement l'hypocrite, la sadique, l'insupportable." - Lise de Rocquigny

 
 

JOSÉ PLIYA - auteur, homme de théâtre

 

Né en 1966 à Cotonou au Bénin. Parallèlement à ses études de Lettres Modernes, il fréquente le cours Simon et le cours Florent à Paris.
Il a été professeur et animateur culturel en Guinée-Équatoriale. Directeur de l’Alliance Française à l’île de la Dominique (où il a créé le 1er Festival du théâtre en créole) et au Cameroun.
Depuis 2002, José Pliya est auteur associé à la scène nationale de Martinique. Plusieurs de ses pièces ont été portées à la scène et publiées par L’Avant-scène théâtre - collection des quatre-vents :

- “Le Complexe de Thénardier”, création au Théâtre du Rond Point - 2002
- “Une Famille ordinaire”, lecture au Théâtre du Rond Point - 2002
- “Les Effracteurs”, création à la Comédie Française - 2003
- “Parabole”, lecture au Festival des Abymes, Guadeloupe 2002
- “Cannibales”, création au Théâtre de Chaillot - novembre 2004.
- “Nègrerrances”, 1997 - Éd. de L’Harmattan, création au Cameroun, au Bénin et à la scène nationale de la Martinique.
- “Le Masque de Sika”, 2001 - Éd. Acoria, création à Roubaix et au Bénin.


SYLVIE CHENUS - comédienne, auteur et metteur en scène

 

Elle a interprété notamment Beckett, Racine, Molière, Witckiewicz, Novarina, Euripide, Aristophane, Voltaire, M-A de la Parra, Alain Gautré... sous la direction de Christian Rist, Anne-Laure Liégeois, Vincent Colin, Philippe Adrien, Alain Timar, Pierre Debauche. En tant qu’auteur, Sylvie Chenus a bénéficié de l’aide à l’écriture du CNL, de la Fondation Baumarchais et la SACD. Plusieurs de ses textes ont été portés sur scène et édités par L’Avant-scène, les Éditions Lansman et les Éditions Théâtrales.


Promotion 2001 - Conservatoire National supérieur d’art dramatique. Professeurs : Dominique Valadié, Caroline Marcadé, Georges Aperghis, Jacques Lassalle.
Au théâtre, Hyam Zaytoun a travaillé sous la direction d’Alain Batis, Noël Cazale, Gabriel Garran, Catherine Anne.
Au cinéma elle a joué dans “La vie comme elle est” de Emmanuel Bourdieu (Talents Cannes 2002), “La Cicatrice” de Farida Ramatoullah.